Accueil > actu > Actualités de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes > 50 lycéens et étudiants dans la peau d'eurodéputés

Dernière mise à jour :  07/07/2017 à 09:59

50 lycéens et étudiants dans la peau d'eurodéputés

En mai, le Joli mois de l’Europe a rassemblé plus de 180 événements dans toute la Nouvelle-Aquitaine, dans le but de promouvoir la culture européenne dans sa diversité, de se remémorer l’implication concrète de l’Europe dans notre quotidien, mais aussi d’apprendre et d’échanger. Parmi les événements phares cette année à Bordeaux figurait la simulation d’une séance du Parlement européen organisée par la Région Nouvelle-Aquitaine en partenariat avec Eurofeel, association d’étudiants de Sciences Po Bordeaux le 17 mai. Cet exercice a été l’opportunité pour une cinquantaine de lycéens et d’étudiants de vivre l'expérience concrète du travail des eurodéputés le temps d'une journée, dans la salle plénière du Conseil régional.

Le thème choisi pour cet exercice était le respect de la vie privée et la protection des données à caractère personnel dans les communications électroniques, une proposition de règlement faite par la Commission européenne le 10 janvier. Répartis en groupes politiques, les travaux des lycéens et étudiants ont démarré en commissions parlementaires IMCO (marché intérieur et protection des consommateurs) et LIBE (justice et affaires intérieures). 17 amendements ont ensuite été votés en session plénière.

Les débats furent également animés sur la page Facebook mise en place pour l'événement par Eurofeel: Maastricht Match. Cette page recensait les décisions adoptées ainsi que les prises de position des lobbyistes.

En milieu de journée, les participants ont pu profiter d’un temps d’échange privilégié avec l’eurodéputé Jean-Paul Denanot (S&D, Massif central-Centre), en direct depuis Strasbourg, où se réunissait le Parlement. Après une intervention liminaire, Jean-Paul Denanot a pris le temps de répondre à une dizaine de questions des lycéens, qui souhaitaient approfondir sur le Brexit et la Syrie – sujets sur lesquels l’eurodéputé était intervenu en plénière – mais qui s’interrogeaient également sur les raisons qui l’avaient poussé à devenir eurodéputé, sur l’avenir de l’Europe, les relations avec la Turquie, le budget européen "idéal", l’idée d’une armée commune, le besoin de confier plus de pouvoirs au Parlement européen, etc.

Pour Jean-Paul Denanot, l’Europe a besoin de se réformer en intégrant davantage de politiques, au-delà de la PAC et de la politique de cohésion. Il faudrait pour cela davantage de moyens,  le budget européen actuel étant ridiculement bas par rapport au nombre d’habitants (150 milliards € par an pour 500 millions de citoyens). La recherche, la jeunesse, l’interconnexion des transports devraient ainsi faire l’objet de davantage d’attention. L’avenir de l’UE passe par son budget et c’est pour cette raison que l’Europe a besoin de ressources propres pour avancer (telles qu’une taxe sur les transactions financières, une taxe d’ajustement carbone aux frontières ou sur la concurrence déloyale). Pour parvenir à une Europe fédérale, il faudrait mettre en commun 10 à 20% de la richesse; sachant qu’aujourd’hui le budget de l’UE représente 1% du Revenu National Brut, un budget à 3-4% avec plus de politiques intégrées apparaîtrait raisonnable selon lui.

En savoir plus