Accueil > actu > Actualités de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes > Archives > Droits de plantation: l’Assemblée des Régions Européennes Viticoles affirme sa position

Dernière mise à jour :  22/10/2013 à 10:52

Droits de plantation: l’Assemblée des Régions Européennes Viticoles affirme sa position [archive]

L’Assemblée des régions européennes viticoles, l’AREV, dont l’Aquitaine est membre, s’est réunie le 23 avril dernier pour une session plénière à Stuttgart, en parallèle du salon triennal Intervitis-Interfructa des techniques de la filière vitivinicole et fruitière. Présidée par Jean-Paul Bachy, Président de la Région Champagne-Ardenne, l’AREV a réaffirmé, dans sa résolution finale, son soutien au Parlement européen dans le cadre des négociations en trilogue qui ont commencé en avril afin de dégager un compromis sur la réforme de la Politique Agricole Commune (PAC): le Parlement européen soutien en effet la prolongation du système actuel des droits de plantation jusqu’à la campagne 2029/2030.

Si les Régions viticoles se félicitent que le Conseil des ministres ait décidé de ne pas mettre un terme à ce régime fin 2015 ou fin 2018, mais de le remplacer à partir de janvier 2019 par un régime comparable s’appliquant à toutes les catégories de vin, elles s’inquiètent en revanche de la durée de ce nouveau régime (six ans) et rappellent que la vigne est une culture pérenne qui exige une sécurité de planification à long terme pour les producteurs et une réglementation durable dans l’intérêt du consommateur.

L’AREV rejette également, car trop élevé, le plafond d’accroissement des surfaces plantées de 1 % par an telle que proposé dans le cadre de ce nouveau régime: "Sur la base des quelque 3 millions d’hectares que compte le vignoble européen, ce plafond permettrait tous les trois ans la plantation de 100 000 nouveaux hectares, soit un accroissement de production d’environ 5 millions d’hectolitres, alors que la Commission a financé récemment l’arrachage de 160 000 ha en trois ans. Le taux d’accroissement du vignoble doit être limité à 0,5 % tout au plus."

Présente à la session plénière de l’AREV et se joignant à ses inquiétudes, l'Eurodéputée Astrid Lulling (Luxembourg, PPE), Présidente de l’intergroupe Vin au Parlement européen, s’est dite très inquiète du nouveau régime tel que mis en discussion par le Conseil des Ministres et dénonce une voix détournée vers la libéralisation des droits de plantation. Elle souhaite également le maintien du régime actuel.

La résolution de l’AREV souligne en outre le nécessaire soutien aux vignobles à forte pente "afin d’améliorer la compétitivité de ces territoires difficiles à exploiter typiques des paysages viticoles et d’en assurer la pérennité."

En savoir plus