Accueil > actu > Actualités de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes > Europe créative: l’heure d’un premier bilan

Dernière mise à jour :  31/03/2017 à 11:28

Europe créative: l’heure d’un premier bilan

Réuni en session plénière le 2 mars 2017, le Parlement européen a adopté les rapports de bilan à mi-parcours des programmes "Europe créative" et "L’Europe pour les citoyens".

Concernant Europe Créative, le programme de l’UE pour la culture et l’audiovisuel, les députés européens ont majoritairement salué le bilan positif de ce programme. Plusieurs élus ont souligné que dans le contexte actuel propice à une certaine forme de repli sur soi, la culture apparaît comme l’un des ciments indispensable des valeurs européennes. Désormais, les eurodéputés souhaitent que le programme soit plus ambitieux. Pour cela, ils ont plaidé en faveur d’une augmentation du budget, et demandent à cet effet à ce qu’un euro symbolique par citoyen, soit 500 millions €, vienne renforcer la dotation d’Europe Créative.

Le besoin de simplification des procédures, de davantage de cohérence et de transparence ont aussi été au cœur des discussions. De nombreux eurodéputés ont appelé à une "débureaucratisation" et à une rationalisation des critères de sélection. Enfin, dans le contexte migratoire actuel et la nécessité d’inclure les réfugiés (l’intégration sociale des réfugiés est un objectif du programme depuis 2016), plusieurs élus ont appelé à ce que le programme soit plus inclusif et ouvert aux pays voisins.

En parallèle, des discussions similaires de bilan à mi-parcours ont eu lieu au sujet du programme "L’Europe pour les citoyens". Ce programme, qui célèbre ses 10 ans, vise à développer une citoyenneté européenne active au travers d’un volet "mémoire" et d’un volet "engagement démocratique" qui soutient notamment les jumelages entre communes. Le budget alloué au programme, jugé trop faible, a une nouvelle fois été au cœur des débats: pour le volet "mémoire", seuls 6% des projets peuvent être financés. Les eurodéputés ont aussi noté le besoin d’une communication plus novatrice, et regretté le manque d’implication du Parlement européen, qui pourtant représente directement les citoyens européens, dans la mise en œuvre du programme. A nouveau, les discussions ont dégagé la nécessité d’une simplification et d’une volonté d’élargissement des pays éligibles.

La Commission a désormais jusqu’à la fin de l’année pour rendre sa propre évaluation.

En savoir plus