Accueil > actu > Actualités de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes > Archives > Intergroupe au Parlement européen: pour une meilleure prise en compte des services publics dans le cadre de la COP21

Dernière mise à jour :  29/09/2015 à 17:27

Intergroupe au Parlement européen: pour une meilleure prise en compte des services publics dans le cadre de la COP21 [archive]

Le 22 septembre, l’Intergroupe Services publics, co-présidé par l’Eurodéputé Jean-Paul Denanot (S&D, Massif central-centre), s’est réuni autour des nouveaux enjeux que soulève la COP 21 pour les services publics, en présence d’Elina Bardram, Chef d’unité à la DG CLIMA de la Commission européenne, de Klaus Nutzenberger, Vice-président du Centre européen des employeurs et entreprises fournissant des services publics (CEEP) et de Gilles Pargneaux, Eurodéputé (S&D, Nord-Ouest) et rapporteur sur "Vers un nouvel accord international sur le climat à Paris". Pour rappel, la COP 21 se tiendra du 30 novembre au 11 décembre à Paris et aura pour objectif l’obtention d’un accord international sur le climat.

Introduisant les échanges, Jean-Paul Denanot a indiqué que l’Intergroupe permettait de rappeler le rôle que peuvent jouer les services publics dans la protection de l’environnement, d’observer si les nouveaux impératifs environnementaux font naître de nouvelles obligations pour ces derniers, mais également de montrer la volonté d’intégrer les clauses environnementales dans les marchés publics et les concessions.

Elina Bardram a quant à elle rappelé l’importance de s’accorder sur des objectifs opérationnels afin que les parties prenantes aient un cadre stable pour avancer. Selon elle, un accord ne pourra être trouvé que si les gouvernements agissent sérieusement et si des mesures ayant un réel impact sont adoptées. Dans son intervention, la DG CLIMA a notamment apporté son soutien politique à une plus grande reconnaissance du rôle des services publics dans la lutte contre le réchauffement climatique.

C’est également l’opinion de Klaus Nutzenberger, qui a déclaré vouloir faire des services publics des leaders en matière de gestion des problématiques environnementales. Le vice-président du CEEP a également souligné vouloir avancer sur les objectifs climatiques dans le domaine des aides d’Etat.

De son côté, Gilles Pargneaux a présenté son rapport d’initiative, qui réclame une feuille de route claire pour le fonds vert et souhaite qu’une partie de la taxe sur les transactions financières (TTF) soit orientée sur le changement climatique. L’eurodéputé a par ailleurs indiqué qu’organiser la société autour de l’environnement permettrait de réévaluer la place des services publics et de leur donner les moyens de leurs ambitions. Enfin, il a tenu à insister sur le fait qu’aujourd’hui, le monde compte 22 millions de réfugiés climatiques mais qu’à terme, ce chiffre pourrait atteindre 200 millions.

En savoir plus