Accueil > actu > Actualités de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes > Archives > Jean-Claude Juncker désigné candidat à la Présidence de la Commission européenne par les Vingt-huit

Dernière mise à jour :  10/07/2014 à 16:58

Jean-Claude Juncker désigné candidat à la Présidence de la Commission européenne par les Vingt-huit [archive]

Le Conseil européen, qui représente les vingt-huit chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne (UE), s’est réuni les 26 et 27 juin. A cette occasion, plusieurs décisions ont été prises pour l’avenir de l’Union, au premier rang desquelles la désignation de Jean-Claude Juncker comme candidat au poste de Président de la Commission européenne. Le Luxembourgeois était le candidat mis en avant pour occuper ce poste par le Parti populaire européen (PPE), arrivé en tête aux élections européennes du 25 mai. Sa désignation doit encore être validée par le Parlement européen lors d’un vote prévu le 15 juillet. C’est la première fois que les Vingt-huit sont tenus de prendre en compte le résultat des élections pour proposer un président de la Commission en vertu des Traités (nouveauté du Traité de Lisbonne, voir IE n°146). En nommant Jean-Claude Juncker, les Etats membres ont confirmé le choix du PPE. Cette décision témoigne de la volonté du Conseil européen de respecter les choix issus du scrutin européen, et vise aussi à éviter un bras de fer avec le Parlement. A noter toutefois que la candidature de Jean-Claude Juncker n’a pas fait l’unanimité au Conseil européen, le Royaume-Uni et la République tchèque ayant voté contre.  

Parallèlement à la nomination de Jean-Claude Juncker, les chefs d’Etat et de gouvernement ont adopté un programme stratégique afin de guider l’UE pour les cinq ans à venir. Ces orientations sont au nombre de cinq et influenceront le travail législatif futur:

  1. Une Union de l’emploi, de la croissance et de la compétitivité: il s’agira notamment d’achever le marché intérieur; de réduire les contraintes portant sur les entreprises; d’investir dans les infrastructures; et d’améliorer le fonctionnement de la zone euro.
  2. Une Union à même de donner à tous ses citoyens les moyens de réaliser leurs aspirations et d’assurer leur protection: la principale préoccupation est le chômage des jeunes. Les efforts devront par exemple porter sur l’apprentissage et la mobilité professionnelle.
  3. Vers une Union de l’énergie dotée d’une politique en faveur du climat tournée vers l’avenir: l’objectif est de renforcer l’efficacité énergétique et de diversifier les sources d’approvisionnement pour réduire la dépendance de l’UE vis-à-vis de l’extérieur.
  4. Une Union de la liberté, de la sécurité et de la justice. Trois sujets devront faire l’objet d’une attention particulière: les migrations, la criminalité et le terrorisme, ainsi que la coopération judiciaire.  
  5. L’Union, un acteur mondial de premier plan: pour garantir cette place, les pays membres et l’UE devront mieux se coordonner; renforcer leur rôle vis-à-vis des pays voisins; coopérer avec les Etats-Unis; et consolider la politique commune de sécurité et de défense.

Dans ses conclusions, le Conseil européen a par ailleurs évoqué les préoccupations soulevées par le Royaume-Uni sur l’avenir de l’UE, en reconnaissant que l’intégration européenne pouvait se faire à plusieurs vitesses, suivant la volonté des pays qui la composent. En outre, les Vingt-huit se sont mis d’accord pour examiner la procédure de nomination du président de la Commission européenne, une fois celle-ci terminée et dans le respect des traités.

Le prochain sommet européen rassemblant les Vingt-huit se tiendra le 16 juillet et décidera de l’attribution de deux autres postes clés que sont le président du Conseil européen et le Haut représentant pour les Affaires étrangères.

En savoir plus