Accueil > actu > Actualités de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes > Jean-Claude Juncker présente son discours sur l’état de l’Union européenne

Dernière mise à jour :  02/10/2017 à 14:32

Jean-Claude Juncker présente son discours sur l’état de l’Union européenne

© Union européenne/Etienne Ansotte

Le mercredi 13 septembre, le Président de la Commission européenne (CE), Jean-Claude Juncker, a délivré son discours annuel sur l’état de l’Union européenne (UE). Filant une métaphore maritime, il s’est félicité des vents favorables soufflant sur le projet européen. Après une année 2016 morose, lestée par le Brexit et des craintes sur les résultats de plusieurs élections (Pays-Bas, France, etc.), le président de la CE voit en 2017 une embellie: défaite des eurosceptiques, union des 27 Etats membres face au Brexit, reprise économique (croissance de 2% en Europe).

Le discours a été l’occasion de dévoiler le programme de travail de la CE pour 2018 articulé autour de cinq mesures principales.

La CE souhaite renforcer la politique commerciale, plus transparente, elle reposera essentiellement sur l’ouverture et la réciprocité. Il est notamment envisagé de poursuivre et d’accélérer les négociations commerciales concernant le CETA, le Japon, le Mexique, le Mercosur, l’Australie et la Nouvelle-Zélande mais aussi de renforcer la défense vis-à-vis des investissements étrangers grâce à un nouveau cadre d’examen pour tout investissement dans un secteur stratégique pour l’UE.

La CE prévoit ensuite de rendre l’industrie européenne plus forte et plus compétitive via une nouvelle stratégie industrielle fondée sur trois piliers: l’innovation, la numérisation et la durabilité.

La troisième priorité sera la lutte contre le changement climatique, notamment par la réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le secteur des transports.

En outre, le Président Juncker a mis l’accent sur le renforcement de la cybersécurité en proposant la création d’une Agence européenne dans ce domaine. L’objectif est de mieux protéger les données personnelles, la diversité culturelle, la propriété intellectuelle et de mieux lutter contre la propagande terroriste.

Enfin, la CE poursuivra son action en matière de migration notamment en avançant sur de nouvelles propositions législatives concernant les retours, la solidarité avec les pays d’Afrique et l’ouverture de voies de migration légales. Il a également rendu un hommage appuyé à l’Italie qui a sauvé "l'honneur de l'Europe en Méditerranée" tout en regrettant les manques de certains Etats membres.
 
A propos de l’avenir de l’Europe, Jean-Claude Juncker a évoqué un scénario personnel en référence à ceux présentés dans le livre blanc sur l’avenir de l’UE, "son sixième scénario", articulé autour de trois grands principes: la liberté, l’égalité et l’état de droit. Souhaitant une UE plus unie et plus démocratique, il a rappelé son attachement à une union bancaire et l’extension de l’Euro à tous les Etats membres, et suggère la création d’un instrument de pré-adhésion à la monnaie européenne. Le président de la CE plaide également pour la mise en place d’un socle européen des droits sociaux au plus vite.

Enfin, le Président Juncker a fait part de sa vision pour l’avenir des institutions. Il souhaite notamment que le Conseil puisse voter à la majorité qualifiée sur certaines mesures fiscales (TVA, assiette commune consolidée pour l’impôt sur les sociétés, fiscalité du numérique, etc.). Opposé à l’idée d’un Parlement et d’un budget propre à la zone Euro, il propose de faire du Mécanisme Européen de Stabilité un Fonds monétaire européen et recommande la création d’un Ministre européen de l’Economie et des Finances qui aurait pour rôle de coordonner l’ensemble des instruments financiers européens. Enfin, le président de la CE propose une présidence unique pour le Conseil européen et la Commission européenne.

Jean-Claude Juncker a conclu son discours optimiste en poursuivant sa métaphore "Alors, larguons les amarres. Mettons les voiles. Et profitons des vents favorables".