Accueil > actu > Actualités de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes > La Commission européenne organise le 7ème Forum sur la Cohésion

Dernière mise à jour :  06/07/2017 à 15:31

La Commission européenne organise le 7ème Forum sur la Cohésion

©EU/Patrick Mascart

Les 26 et 27 juin s’est tenu à Bruxelles le Forum Cohésion, événement très attendu dans le contexte des réflexions sur l’avenir de la politique de cohésion après 2020. 700 personnes ont participé à ces deux jours, au cours desquels sont notamment intervenus Jean-Claude Juncker, Président de la Commission, ainsi que sept de ses vice-présidents et commissaires, des ministres nationaux, des eurodéputés, des universitaires et des représentants de collectivités régionales et locales.

Dans son discours, Jean-Claude Juncker a estimé que la politique de cohésion était un exemple de ce que fait l’UE pour répondre aux différentes attentes. Regrettant le "triste anonymat des projets cofinancés par l’Europe", il a appelé à concentrer l’action de l’Europe sur les grands enjeux à venir, en commençant par la relance des investissements. Pour cela, il voudrait lier davantage Fonds européens structurels et d’investissement (FESI) et Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFSI). Le président de la Commission a aussi reconnu que la politique de cohésion ne pouvait pas reposer sur un modèle unique et qu’il fallait offrir du sur-mesure pour s’adapter aux conditions spécifiques des Etats et des régions. Il a enfin appelé à ne pas changer le système tous les sept ans.

Moderniser et réformer la politique de cohésion pour accroître la performance des investissements publics, tel a été le message principal de Jyrki Katainen, Vice-président de la CE. Insistant également sur la nécessité de mettre de l’ordre dans les instruments de l’UE, il a soutenu l’idée de faire les paiements au titre de la cohésion sur la base de résultats et non de factures.

Dans sa prise de parole, le Commissaire aux Affaires économiques Pierre Moscovici a surtout développé l’idée de dédier un budget et une gouvernance propre à la zone euro. Le Commissaire au Budget, Günther Oettinger, a quant à lui souligné qu’après 2020, entre le Brexit et les nouvelles priorités (migrations, défense), un manque structurel de 20 milliards € par an était à prévoir et que la CE devra donc opérer des coupes et des réaffectations. G. Oettinger a aussi indiqué que ce n’était pas à la CE de décider de couper les FESI aux Etats membres qui refusent d’accueillir les réfugiés. Marianne Thyssen, Commissaire à l’Emploi, a pris position pour que le critère d’attribution des fonds sur la base du PIB évolue et pour un lien entre le Semestre européen et les FESI. En matière de simplification, elle a recommandé l’utilisation des coûts simplifiés par défaut, la réduction de la charge des contrôles et la concentration sur les résultats. Elle souhaite également que les conditionnalités ex ante et la procédure de désignation des autorités de gestion – toutes deux jugées trop complexes – soient révisées.

Jacques Mézard, Ministre de la Cohésion territoriale, a souligné l’attachement de la France à la politique de cohésion et affiché son souhait de la conserver après 2020. Cette politique sera néanmoins à réinventer dans un budget contraint, tout en préservant son niveau d’ambition.

S’exprimant au nom des Régions de France, Philippe Richert, souhaite que la politique de cohésion soit poursuivie pour toutes les régions, sans être réduite. L’agenda économique de l’UE colle aux compétences des Régions. Innovation, recherche, numérique, capital humain et décarbonisation doivent être les objectifs de la politique. Rappelant que la bonne gestion des finances publiques nationales n’était pas du ressort des Régions, il a émis le souhait que le rôle du niveau national soit réduit au profit d’une relation Europe-régions.

La Vice-présidente en charge de l’Europe et de l’International de la Région Nouvelle-Aquitaine, Isabelle Boudineau, est intervenue au cours d’une session de questions-réponses pour rappeler que malgré la complexification des fonds et la lourdeur de gestion, les FESI atteignaient les PME et favorisaient l’esprit d’entreprendre et ce grâce aux efforts d’accompagnement.

Concluant les deux journées de débats, la Commissaire à la politique de cohésion, Corina Cretu, a indiqué que la différenciation était l’un débat important pour l’avenir mais que personne ne s’accordait sur le sujet et qu’ un traitement équitable devra être garanti.
 
En savoir plus