Accueil > actu > Actualités de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes > Archives > La CRPM affirme sa position sur le futur FSE

Dernière mise à jour :  03/02/2012 à 17:43

La CRPM affirme sa position sur le futur FSE [archive]

Le 24 janvier, le groupe de travail Emploi et Formation de la CRPM s’est réuni au sujet de l’avenir du Fonds social européen (FSE) pour la prochaine période de programmation 2014-2020.

Ce groupe de travail étant piloté par l’Aquitaine, Catherine Veyssy, Vice-présidente du Conseil Régional d’Aquitaine en charge de la formation professionnelle, présidait les débats. De nombreuses régions étaient présentes, dont six au niveau politique : l’Aquitaine, Skåne (Suède), l’Emilie-Romagne (Italie), Uusimaa (région d’Helsinki, Finlande), les Açores (Portugal) et le Pays Basque (Espagne). 

Les représentants des régions ont pu échanger à cette occasion avec Thomas Bender, négociateur de la Commission européenne sur la révision du FSE, ainsi qu’avec Pervenche Bérès, eurodéputée (S&D, France) présidente de la commission Emploi et Affaires sociales du Parlement européen, qui planche également sur ce texte.  

Catherine Veyssy, présentant la position de la CRPM sur le futur du FSE, s’est prononcée pour une politique européenne pour l’emploi et l’inclusion plus efficace, plus visible, et en accord avec la stratégie UE 2020. Elle s’est félicitée de la proposition de la Commission de maintenir le FSE dans la politique de cohésion, et de la création d’un cadre stratégique commun renforçant la complémentarité des différents fonds structurels. A ce sujet, la possibilité d’élaborer des programmes opérationnels multifonds est également jugée vecteur de simplification et d’intégration. Catherine Veyssy a également salué le principe de contrats de partenariat associant tous les échelons, à condition que les régions puissent être non seulement associées à leur définition, mais aussi signataires de ces contrats.

Enfin, Catherine Veyssy a souhaité que plus de flexibilité soit laissée aux Etats membres et aux régions dans le choix des priorités d'investissement afin de mieux répondre aux spécificités des territoires. A ce stade, la Commission, représentée par Thomas Bender, reste déterminée sur sa volonté de concentrer le FSE sur quatre priorités par programme opérationnel.