Accueil > actu > Actualités de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes > Archives > La Région Aquitaine défend, à Bruxelles, le maintien des droits de plantation

Dernière mise à jour :  17/12/2012 à 17:20

La Région Aquitaine défend, à Bruxelles, le maintien des droits de plantation [archive]

Lors de la séance plénière du 19 décembre 2011, les élus régionaux d’Aquitaine avaient adopté à l’unanimité une motion contre la suppression des droits de plantation. Un an plus tard, le 7 novembre 2012, Alain Rousset, Président du Conseil régional d’Aquitaine, s’est rendu à Bruxelles pour continuer à défendre les intérêts de la filière vitivinicole. Il a réitéré l’opposition de la Région à la décision, adoptée en Conseil européen en 2008, de rendre totalement libre la plantation de vignes sur tout le territoire de l’Union européenne à partir du 1er janvier 2016. Une délégation interprofessionnelle des vins de Bordeaux était également présente, conduite par Bernard Farges, Président de la CNAOC et de l’ODG des Bordeaux, accompagné de Thomas Solans (Jeunes Agriculteurs), Alain Meyre (producteur, Médoc), et de nombreux viticulteurs aquitains.

Les projections montrent que la libéralisation des droits se traduirait en France par une augmentation de 30% des surfaces cultivées et une baisse immédiate de la qualité et des revenus des viticulteurs. L’Aquitaine, principale zone de production de vins de qualité dans l’Union Européenne, serait particulièrement touchée par les conséquences de cette réforme.

Accueillis par la représentation de l’Etat libre de Bavière et réunis à l’initiative de l’AREV (Association des Régions Européennes Viticoles) et de son Président Jean-Paul Bachy, les représentants de plusieurs régions européennes allemandes, espagnoles, françaises, italiennes, hongroises et roumaines se sont exprimés pour dénoncer d’une seule voix une mesure dont les conséquences sur l’économie, l’aménagement du territoire, les paysages, le tourisme et l’environnement, inquiètent: surproduction, chute des prix, diminution de la qualité, perte de notoriété, disparition des exploitations familiales, délocalisation du vignoble vers les plaines, etc. Les parlementaires européens Astrid Lulling, Présidente de l’Intergroupe Viticulture, et Michel Dantin, Rapporteur de la PAC/OCM-Unique, ont également assuré le mouvement de leur soutien, ainsi que les Parlementaires français de Gironde, Gilles Savary et Sandrine Doucet, Membres de la commission des Affaires européennes de l’Assemblée Nationale, qui s’étaient déplacés pour l’occasion.

A l’issue de l’évènement, la "Déclaration des Présidents de Régions viticoles d’Europe sur les droits de plantation" a été adressée à la Commission, au Conseil et au Parlement européen. Un message fort, soutenu par de nombreuses organisations professionnelles, demandant le maintien de la régulation du potentiel de production pour toutes les catégories de vin. Un message délivré à un mois de la dernière réunion du Groupe à Haut Niveau sur les droits de plantation, mis en place par le Commissaire Dacian Ciolos, le 14 décembre prochain.

Entre temps, dans l’attente des conclusions du Groupe à Haut Niveau, la Commission européenne a élaboré un projet visant à introduire un "système d’autorisation de nouvelles plantations" pour tous les types de vins, accompagné d’une clause de sauvegarde. Une délégation de l’AREV a été reçue par D. Ciolos le 11 décembre dernier et a confirmé cette évolution.