Accueil > actu > Actualités de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes > L’AREFLH présente son livre blanc de l’OCM fruits et légumes

Dernière mise à jour :  02/10/2017 à 14:28

L’AREFLH présente son livre blanc de l’OCM fruits et légumes

A l’invitation des députés européens Michel Dantin (PPE) et Paolo  De Castro (S&D), et en présence de la Commission européenne, l’AREFLH (Assemblée des régions européennes fruitières légumières et horticoles, réseau dont la Nouvelle-Aquitaine est membre) a présenté au Parlement européen son Livre blanc sur l’OCM fruits et légumes. Cet événement a été l’occasion pour les régions et organisations de producteurs membres de l’AREFLH de témoigner de leur expérience de mise en œuvre de l’OCM, présentée à cette occasion comme un instrument novateur et efficace de la Politique Agricole Commune.

Michel Dantin a ainsi ouvert la conférence en soulignant les avancées permises par l’OCM en matière d’organisation collective (via les Organisations de Producteurs, OP, qui sont au cœur du système), de transferts de l’innovation, de recherche. Mais si 50% de la production est organisée à ce jour, ce chiffre est cependant trop faible par rapport à la vitesse de concentration des acteurs de l’aval, d’où le défi du rééquilibrage des pouvoirs au sein de la chaîne alimentaire. Madame Simona Caselli, Ministre de la Région Emilie-Romagne, et Présidente de l’AREFLH, a également insisté sur la nécessité de renforcer encore le regroupement de producteurs et ainsi plus structurer l’offre. Parmi les défis d’avenir elle souhaiterait que la future OCM encourage la lutte contre le changement climatique, la R&D ou encore l’agriculture de précision. Jean-Louis Moulon, Président d’IDfel, Vice-président de l’AREFLH (collège des producteurs), a quant à lui rappelé les efforts du secteur pour regrouper l’offre, tout en insistant sur la nécessité de continuer sur cette dynamique.

Tout en appelant au maintien de l’OCM dans la future PAC, l’AREFLH a également présenté ses propositions d’amélioration de l’outil afin, par exemple, de mieux concentrer l’offre, d’aider plus la filière bio et la gestion de crise, d’améliorer la transparence du marché. Les députés Michel Dantin et Paolo de Castro ont à ce sujet rappelé les négociations en cours sur le volet agricole de l’Omnibus (voir article ci-contre), pour lequel ils portent des amendements aux règles régissant les organisations de producteurs (OP).

En savoir plus