Accueil > actu > Actualités de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes > Le Commissaire Hogan invité du Congrès de la viticulture française à Bordeaux

Dernière mise à jour :  24/07/2017 à 17:11

Le Commissaire Hogan invité du Congrès de la viticulture française à Bordeaux

© Union Européenne / Nicolas Tucat

Phil Hogan, Commissaire européen en charge de l’Agriculture, était l’invité du premier congrès de la viticulture française réunissant les quatre principales familles professionnelles (coopératives, vignerons indépendants, AOC et IGP), organisé les 6 et 7 juillet à Bordeaux. Le congrès a réuni quelques 600 participants au Palais des Congrès, pour réfléchir à l’évolution de la viticulture en France et en Europe et anticiper la réforme de la prochaine PAC.

Présent depuis la veille à Bordeaux, le Commissaire européen a été sensibilisé à la nécessaire préservation des particularités du modèle viticole européen.  Les organisateurs ont notamment rappelé leur attachement à l’organisation commune de marché (OCM) pour les vins et leur opposition au système horizontal de la PAC d’aides directes à l’hectare, pour permettre d’adapter le vignoble et de gagner des parts de marché; et à la politique de qualité (IGP – AOP).  Les viticulteurs ont également revendiqué le maintien d’un système d’autorisation de plantations, la mise en place d’un observatoire de la prospective économique dédié à la filière vin, le maintien d’un étiquetage des vins spécifiques et un outil assurantiel permettant de faire face aux aléas climatiques, entre autres.

Le commissaire s’est montré à l’écoute des préoccupations des viticulteurs mais au-delà de sa volonté de mettre en place une PAC plus moderne, simple et durable, il n’a pas fait de promesses pour la PAC post 2020, arguant des contraintes budgétaires qui pèseront sur le prochain cadre financier notamment en lien avec le Brexit. Il a annoncé un accord commercial avec le Japon supprimant les droits de douanes pour les vins européens sur le marché japonais, et la protection de nombreuses IG viticoles.  Il a également rappelé les améliorations en cours dans le cadre du règlement Omnibus en matière de simplification. Ces thèmes ont également été abordés par les Eurodéputés Eric Andrieu et Michel Dantin, présents en visioconférence depuis Strasbourg. Sur le règlement Omnibus, ils ont notamment insisté sur la proposition du Parlement européen de baisse du seuil de déclenchement du système assurantiel de 30 à 20%. Lors du débat avec la salle, la question des cépages résistants, en lien avec les préoccupations environnementales et sociétales, a également été abordée. Le Commissaire européen  a affirmé son soutien au déploiement des cépages résistants et sa volonté de donner les moyens en matière de recherche et d’innovation à l’exploitation de nouvelles opportunités, notamment pour les vins de qualité.  Comme l’a rappelé Bernard Farges, Président de la CNAOC (Confédération Nationale des producteurs de vins et eaux de vie de vin à Appellations d'Origine Contrôlées), "si ce sont des attentes sociétales, ce sont aussi les nôtres, celles des viticulteurs, de leurs familles, leur voisins, leurs salariés".

Alain Rousset, Président de la Région Nouvelle-Aquitaine, est intervenu en conclusion et a rappelé le rôle de l’Institut de la Vigne et du Vin (ISVV), une initiative du Conseil Régional, que le Commissaire a visité la veille. Il a également insisté sur les investissements massifs de la Région pour répondre aux enjeux environnementaux. Selon lui, "l’avenir de l’agriculture passera par l’Europe et par les Régions".