Accueil > actu > Actualités de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes > Archives > Le Parlement adopte sa position sur Erasmus pour tous sur fond de difficultés budgétaires

Dernière mise à jour :  17/12/2012 à 16:00

Le Parlement adopte sa position sur Erasmus pour tous sur fond de difficultés budgétaires [archive]

Les eurodéputés de la commission Culture et Education du Parlement européen ont adopté leur position sur le programme Erasmus pour tous 2014-2020, le 26 novembre dernier. Doris Pack (PPE, Allemagne), Présidente de cette commission et également responsable du rapport, a obtenu gain de cause quant au nom du programme: le Parlement défendra le nom "YES Europe" (Youth Education Sport – Jeunesse Education Sport), en lieu et place d’ "Erasmus pour tous", jugé trop orienté vers l’enseignement supérieur par la rapporteure.

Les eurodéputés ont également proposé une nouvelle répartition du budget du programme: 83,4% pour l’éducation et la formation professionnelle (dont 40% pour l’enseignement supérieur, 22% pour la formation professionnelle, 15% pour l’enseignement scolaire et 6% pour l’éducation des adultes), 8% pour la jeunesse et 1,8% pour le sport. Ils proposent le maintien des labels sectoriels actuels Comenius, Leonardo, Grundtvig, Erasmus et Jeunesse en Action, ainsi qu’un chapitre séparé et des activités distinctes pour la jeunesse (alors que la Commission proposait de la fusionner avec les activités éducation / formation).

Le rapport entérine également l’instrument de garantie de prêt à taux réduit pour les étudiants souhaitant effectuer un Master dans un autre pays de l’UE, avec une limite de 12 000 € de prêt pour un an et 18 000 € pour deux ans. Les eurodéputés n’ont cependant pas réintroduit dans le programme la mobilité des demandeurs d’emploi, éligible dans l’actuel programme Leonardo. Elle devrait être prise en charge par le Fonds Social européen dans la période 2014-2020.
 
Ce rapport sera soumis au vote en session plénière du Parlement début 2013. Son adoption permet cependant aux négociations de débuter avec le Conseil, qui a d’ores et déjà noté des points de convergence et de divergence avec la position du Parlement. Parmi les désaccords, le nom du programme devrait faire l’objet d’une bataille. La France, notamment, rejette fermement l’intitulé "YES Europe", qu’elle juge difficilement traduisible en d’autres langues que l’anglais. Le Conseil soutient la volonté de la Commission européenne de généraliser le label Erasmus, programme emblématique de l'Union européenne.

Ce vote intervient cependant dans un contexte budgétaire difficile pour le programme Erasmus, marqué par des tensions à la fois sur les budgets annuels 2012 et 2013 de l’UE, et sur le budget pluriannuel 2014-2020 (voir article plus haut). Sandrine Doucet, Députée de la Gironde à l’Assemblée Nationale (PS), a relayé ces inquiétudes lors d’une communication d’étape au sein de la commission des Affaires européennes, notant qu’ "une renationalisation […] de la politique de mobilité est clairement à redouter".

En savoir plus