Accueil > actu > Actualités de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes > Archives > Le Parlement fait le point sur la mise en œuvre d’Erasmus+

Dernière mise à jour :  17/12/2014 à 12:13

Le Parlement fait le point sur la mise en œuvre d’Erasmus+ [archive]

Le 1er décembre, la commission de la Culture et de l’Education du Parlement européen s’est penchée sur la mise en œuvre du programme Erasmus+, un an après son démarrage. Bernard Naudts, Chef d’unité "Coordination des agences nationales Erasmus+" à la Direction générale de l’Education et de la Culture de la Commission européenne, a présenté un bilan de la première année du programme. Les questions budgétaires ont dominé le débat, Erasmus+ étant affecté par le manque de crédits de paiement qui touche les budgets annuels de l’UE. La Commission est ainsi contrainte de réduire les préfinancements des projets. Les bourses de mobilité ne sont pour l’instant pas affectées, car les agences nationales, qui gèrent 80% du budget d’Erasmus+, disposent d’une réserve à cette fin, mais la Commission s’inquiète de cette situation peu soutenable.

De plus, Bernard Naudts a expliqué  que le programme, qui bénéficie d’une augmentation budgétaire de 40% par rapport à la période 2007-2013, voit son budget réparti sur sept ans de manière croissante, avec une nette augmentation sur les dernières années. Ainsi, le lancement du programme en 2014 a suscité de très nombreuses candidatures lors des premiers appels à projets alors que le budget augmentait peu par rapport à 2013. Les faibles taux de succès qui en ont résulté devraient cependant s’améliorer au cours des prochaines années, qui bénéficieront d’un budget de plus en plus conséquent. Le représentant de la Commission a rappelé que les actions internationales (hors Europe) d’Erasmus+ ne seront lancées qu’en 2015 (appels à projets ouverts depuis le 2 octobre), ainsi que la garantie de prêt étudiant, qui permettra aux étudiants d’effectuer un Master dans un autre pays européen en bénéficiant de prêts avantageux. Les négociations sur cet instrument avec le Fonds européen d’investissement touchent à leur fin et un accord devrait être conclu prochainement.

Unanimement, les eurodéputés ont exprimé leurs inquiétudes concernant le besoin en crédits de paiement du programme. Helga Trupel (Verts, Allemagne) a regretté que les procédures de candidatures demeurent très complexes, malgré une volonté affichée de simplification. Petra Kammerevert (S&D, Allemagne) a souligné le faible taux de succès des projets de mobilité des écoles (Comenius) et souhaite qu’un budget plus important leur soit accordé, alors qu’Ernest Maragall (Verts, Espagne) a rappelé l’importance d’accorder des fonds adéquats à la mobilité des jeunes en formation professionnelle, afin de garantir un accès à Erasmus+ le plus ouvert possible.

En savoir plus