Accueil > actu > Actualités de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes > Archives > Les priorités luxembourgeoises présentées en commission REGI

Dernière mise à jour :  29/09/2015 à 17:17

Les priorités luxembourgeoises présentées en commission REGI [archive]

Le 17 septembre, Camille Gira, le Secrétaire d'État au développement durable et aux infrastructures du Luxembourg – qui exerce la Présidence tournante du Conseil de l’UE au deuxième semestre 2015 – est venu présenter son programme de travail dans le domaine de la politique de cohésion aux eurodéputés de la commission REGI (Développement régional).

Il a tout d’abord rappelé que son pays fermait un cycle de trois ans, après l’Italie et la Lettonie, Etats avec lesquels le Luxembourg a mis au point des priorités en matière de cohésion territoriale. Les points clés sur lesquels le Luxembourg se concentrera dans les mois à venir sont:

  • Le lancement d’un débat politique stratégique sur des scénarios de développement à l’horizon 2050;
  • La remise à jour de la stratégie territoriale 2020, en associant mieux les acteurs locaux aux efforts (dimension territoriale trop faible de la stratégie UE2020);
  • La proposition d’un nouvel outil juridique, sous la forme d’un règlement ou d’une directive, pour surmonter les obstacles de la coopération transfrontalière et faciliter les projets communs entre collectivités voisines mais appartenant à deux Etats différents. Cet instrument concernerait plus particulièrement les infrastructures techniques, les questions environnementales et la production énergétique;
  • L’importance du rôle des petites et moyennes villes dans l’UE, notamment pour la cohésion territoriale.

Sur la stratégie urbaine et la Déclaration de Riga (voir IE n°158), certains eurodéputés ont regretté que le Luxembourg laisse la Présidence néerlandaise (premier semestre 2016) se charger des suites du dossier.

En ce qui concerne la politique de cohésion en général, le Secrétaire d’Etat a rappelé que le Luxembourg recevait peu de fonds structurels et d’investissement mais que la Présidence était convaincue de la valeur ajoutée de cette politique et qu’elle souhaitait la promouvoir. Camille Gira a conclu son intervention en indiquant que l’adaptation au changement climatique était le thème clé de la Présidence luxembourgeoise et qu’il s’agirait notamment d’acter le rôle des villes et des communes dans l’accord qui émergera à la COP21.

Répondant aux inquiétudes des eurodéputés, le représentant de la Présidence luxembourgeoise a réaffirmé que le nouvel outil de coopération transfrontalière ne viendrait pas concurrencer mais compléter le GECT (groupement européen de coopération territoriale).

Le Secrétaire d’Etat a quelque peu déçu en annonçant que par manque de temps, il n’y aurait ni Conseil informel ni Conseil Affaires générales consacrés à la cohésion d’ici la fin de l’année.

Enfin, beaucoup de députés européens ont évoqué la crise des réfugiés, ce à quoi Camille Gira a répondu en assurant que la Présidence s’alliera au Parlement européen s’il souhaite de rendre plus flexible l’usage des fonds structurels.
 
En savoir plus