Accueil > actu > Actualités de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes > L’Union européenne poursuit les négociations commerciales

Dernière mise à jour :  24/07/2017 à 16:46

L’Union européenne poursuit les négociations commerciales

© European Union - Source: EC - Audiovisual Service - Photo: Lukasz Kobus

Suite aux différentes annonces de Donald Trump, le Président des Etats-Unis, défavorables à la poursuite des négociations commerciales avec l’Union européenne, la Commission européenne tente d’accélérer les négociations commerciales en cours.

Le 6 juillet 2017, l’Union européenne et le Japon sont parvenus à un accord de principe sur la majeure partie des éléments d’un accord de partenariat économique. Les négociations pour aboutir à cet accord ont débuté en 2013 mais se sont fortement accélérées au cours des six derniers mois. Ce devrait être le plus important accord de partenariat économique jamais conclu par l’Union européenne avec un pays tiers. A termes, cet accord devrait aboutir à la suppression de près de 97% des droits de douane sur les produits et services importés de l’UE, ce qui représente une économie de un milliard € par an pour les entreprises européennes. La Commission européenne espère une augmentation des exportations de 20 milliards € par an grâce à cet accord. L’industrie européenne devrait bénéficier de la fin des droits de douanes sur la majorité des secteurs et de droits réduits sur les autres (ferroviaire, chaussures, etc.). En matière agricole, 85% des produits européens seront libres d’être exportés au Japon et d’autres produits tels que le porc ou le bœuf bénéficieront de droits de douane fortement réduits. Quelques 200 indications géographiques devraient être reconnues et protégées sur l’archipel nippon. En outre, plusieurs barrières non tarifaires devraient être simplifiées notamment par la reconnaissance ou l’harmonisation de normes. Pour Cecilia Malmström, Commissaire européenne  chargée du Commerce, "cet accord est d'une importance capitale pour l'économie, mais c'est également une façon de nous rapprocher".

Si cet accord inclut les objectifs de l’Accord de Paris et ne revient pas sur l’interdiction d’importation de produits dérivés de la pêche aux cétacées, des ONG reprochent qu’il ne soit pas assez ambitieux dans la lutte contre la pêche illégale ou la déforestation. Il faut cependant noter que les organisations agricoles (COPA-COGECA), fortement opposées au CETA, se sont félicitées de cet accord.

La finalisation et l’approbation de cet accord devrait se faire d’ici un an pour une mise en application dès 2019.

En parallèle, Cecilia Malmström poursuit pour la CE des négociations commerciales avec le MERCOSUR, dont le 28ième round de négociation se tenait à Bruxelles les 3 et 7 juillet 2017. De même, les échanges avec le Mexique se sont accélérés lors des réunions à Mexico entre le 26 et le 30 juin dernier. Les négociations avec l’ASEAN sont quant à elles au point mort, toute nouvelle avancée ayant été repoussée par l’ASEAN à la Présidence de Singapour en 2018, mais des échanges pays par pays se poursuivent.

Le 2 juin 2017, l’Union européenne et la Chine ont trouvé un accord sur la reconnaissance et la protection bilatérale de 100 indications géographiques européennes et 100 chinoises. Cet accord devrait aboutir officiellement avant la fin de l’année. En Nouvelle-Aquitaine, onze indications géographiques (dix vins et spiritueux et les Pruneaux d’Agen) devraient être reconnues par la Chine.

En savoir plus