Dernière mise à jour :  31/03/2017 à 11:27

Quel futur pour l’Europe ?

A l’occasion des 60 ans du traité de Rome, les 27 chefs d’Etats de l’Union européenne (UE) se sont réunis le 25 mars afin de discuter du futur de l’Europe. Ils y ont signé la déclaration commune de Rome présentant quatre objectifs communs: une "Europe sure et sécurisée", une "Europe prospère et soucieuse du développement durable", une "Europe sociale" et une "Europe plus forte sur la scène mondiale".
 
Le Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, avait présenté le 1er mars devant le Parlement européen ses propositions pour l’avenir de l’Union au sein d’un Livre blanc sur l’avenir de l’Europe qui expose divers scénarios envisageables.

Ce livre blanc est tout d’abord l’occasion de faire un état des lieux de ce que l’UE a réalisé et des défis auxquels elle est confrontée. La Commission rappelle le besoin d’une vision commune pour faire face aux enjeux actuels et futurs (démographie, place dans le monde, crise migratoire, défis économiques, sociaux, environnementaux, etc.).

Cinq scénarios sont ensuite présentés allant du statu quo au fédéralisme:

  • Le premier s’inscrit dans la continuité: l’unité européenne est conservée mais peu d’efforts sont mis en œuvre afin d’améliorer l’efficacité de l’Union.
  • Le deuxième scénario revoit les ambitions de l’UE en proposant de se recentrer sur la zone de libre-échange. Les questions qui n’ont pas un lien direct avec le marché unique seront traitées de manière bilatérale.
  • Le troisième, qui défend une Europe à plusieurs vitesses a été discuté lors du soixantenaire du traité de Rome. Dans la déclaration commune, les Etats s’engagent à agir "de concert, si nécessaire à des rythmes différents et avec une intensité différente, tout en avançant dans la même direction". Le scénario se base sur des coopérations renforcées entre les pays volontaires sur des thématiques choisies. Cela permettrait de dépasser les vetos des Etats membres mais complexifierait davantage le fonctionnement de l’Union.
  • Le quatrième scénario appelle à se concentrer sur quelques domaines d’actions parmi lesquels la sécurité, la migration, la recherche, le commerce international et le marché unique. Moins réducteur que le deuxième, il met tout de même de côté plusieurs politiques européennes dont le développement régional.
  • Enfin, le dernier scénario est un projet fédéraliste où les Etats acceptent de mettre en commun plus d’éléments de souveraineté dans un plus grand nombre de domaines.

Ce Livre blanc est une première étape de réflexion sur l’avenir de l’UE. À l’issue du sommet de Rome, la Commission européenne présentera une série de documents sur des questions essentielles telles que le social, l’Union économique et monétaire, la mondialisation, la défense et les finances. Dans les mois à venir, des débats avec le Parlement européen et les Etats membres ainsi que des consultations publiques en ligne seront organisés.

En savoir plus