Accueil > actu > Actualités de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes > Archives > Recherche et innovation: le Commissaire détaille sa stratégie

Dernière mise à jour :  03/08/2015 à 09:17

Recherche et innovation: le Commissaire détaille sa stratégie [archive]

Le Commissaire en charge de la recherche et de l’innovation, le Portugais Carlos Moedas, est intervenu le 16 juillet en commission de l’Industrie, de la Recherche et de l’Energie (ITRE) du Parlement européen, afin de présenter les orientations qu’il souhaite donner à la politique de R&I européenne.

Huit mois après son entrée en fonction, il a évoqué les trois constats sur lesquels il fonde sa stratégie: l’UE ne parvient pas suffisamment à capitaliser sur les résultats de la recherche; elle n’est pas leader dans certains domaines de la science fondamentale; et sa diplomatie scientifique n’est pas assez développée. La stratégie exposée par Carlos Moedas repose ainsi sur les trois concepts suivants:

  • L’innovation ouverte: afin de renforcer la capacité de l’UE à transférer les résultats de la recherche, il faut agir sur le levier du financement. Le Commissaire propose ainsi la création d’un fonds de fonds européen, qui permettrait d’européaniser un capital-risque encore trop national. Par ailleurs, pour encourager les complémentarités entre Horizon 2020 et fonds structurels et d’investissement, le Commissaire propose d’accorder un "sceau d’excellence" aux projets bien évalués mais n’ayant pas pu être financés par Horizon 2020, gage de leur haut niveau auprès des autres financeurs. Enfin, Carlos Moedas appelle de ses vœux la création d’un Conseil européen de l’innovation, sur le modèle du Conseil européen de la recherche qui accompagne la science fondamentale en Europe.
  • La science ouverte: le commissaire souhaite travailler sur un code de conduite pour garantir l’intégrité de la recherche, et envisager la création d’un système de cloud européen pour la science.
  • L’ouverture sur le monde: il s’agit de positionner l’UE comme le porte-étendard de la science et de l’excellence dans le monde, et d’établir des partenariats toujours plus étroits avec des pays tiers.

Carlos Moedas a également présenté aux eurodéputés quelques données sur Horizon 2020 un an et demi après le début du programme. Le constat est celui d’un taux de succès (14% en moyenne) en baisse par rapport aux programmes-cadres précédents, en raison de la forte attractivité d'Horizon 2020. Cependant, le pari d’attirer des "nouveaux venus" semble réussi: 38% des organisations financées pour l’instant sont des "primo-participants" aux programmes européens, dont la moitié de PME. Enfin, 95% des accords de subvention de projets ont été conclus dans les huit mois suivant la clôture de l’appel, contre neuf mois en moyenne sous le programme précédent.

Les eurodéputés se sont montrés intéressés par les propositions du Commissaire et souhaitent être associés à leur élaboration. Carlos Zorrinho (S&D, Portugal) a cependant émis des doutes sur la pertinence de créer de nouvelles structures, telles que le Conseil européen de l’innovation, sans budget supplémentaire, et a demandé à ce que le Fonds pour les investissements stratégiques du Plan Juncker, dont la garantie est alimentée par Horizon 2020 à hauteur de 2,7 milliards €, finance véritablement des projets de R&I. Christian Ehler (PPE, Allemagne) a encouragé Carlos Moedas à se concentrer sur trois fronts: se battre contre toute nouvelle réduction budgétaire d’Horizon 2020; mettre en œuvre le programme de manière satisfaisante, notamment car certains taux de succès (6% pour l’instrument PME) sont trop faibles pour avoir un impact positif; et enfin développer une vision de long terme pour tendre vers l’objectif de 3% de dépenses de R&D dans le PIB européen.

En savoir plus