Accueil > actu > Actualités de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes > Archives > Stratégie européenne "énergie-climat": objectifs pour 2030

Dernière mise à jour :  30/01/2014 à 15:16

Stratégie européenne "énergie-climat": objectifs pour 2030 [archive]

Le 22 janvier dernier, la Commission européenne a proposé un nouveau cadre pour l’Union européenne (UE) en matière de climat et d’énergie à l’horizon 2030. Ce cadre s’ajoute aux objectifs pour 2020 du paquet "climat et énergie" (entré en vigueur en 2009). L’objectif étant de donner aux acteurs du secteur de l’énergie des perspectives de moyens termes, mais aussi de permettre à l’UE d’adresser un signal fort à ses partenaires internationaux pour garantir le succès de la conférence internationale sur le climat (COP21), prévue à Paris fin 2015, où doit être conclu un accord climatique international juridiquement contraignant. 

Pour 2030, la Commission européenne privilégie sa stratégie climatique, en proposant un objectif contraignant : une réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) de 40 % par rapport au niveau de 1990. Pas d’objectif contraignant pour les énergies renouvelables au niveau national : l’objectif fixé est de 27% d’énergies renouvelables dans la part de la consommation énergétique totale (contraignant pour l’UE mais sans objectifs nationaux, laissant ainsi aux Etats une flexibilité dans le choix de leur mix énergétique). Lors d’une conférence organisée sur le sujet par Confrontation Europe, le think tank regrettait une "renationalisation des politiques énergétiques", craignant une accentuation de la fragmentation. Pas de nouvel objectif non plus en matière d’efficacité énergétique. Sur ce dernier point, la Commission attend la révision de la directive "efficacité énergétique", prévue mi 2014.

La proposition contenant ce cadre stratégique est accompagnée d’une proposition législative concernant une réserve de stabilité du marché pour le système d’échange de quotas d’émission de l’UE (SEQE) qui devrait être opérationnelle à partir de 2021 et qui vise à améliorer l'efficacité du système. Un rapport sur les prix et les coûts de l’énergie en Europe, publié en même temps que cette communication, évalue les facteurs clefs et compare les prix de l’UE avec ceux de ses principaux partenaires  commerciaux : il souligne que la hausse des prix de l’énergie peut être partiellement atténuée en créant des marchés de l’énergie compétitifs et en améliorant l'efficacité énergétique.

Les réactions à cette stratégie sont mitigées, le secteur industriel refusant que l’UE soit la seule économie du monde à se fixer de tels objectifs en matière de réduction des émissions de GES et craint une hausse des prix de l’énergie. D’autres acteurs, au contraire, dénoncent l’insuffisance de l’objectif de réduction de 40%, qui ne permettra pas de limiter la hausse de la température à 2° comme l’UE s’y est engagée. Pour la Commission européenne, cette stratégie reste essentielle pour avancer vers une véritable politique énergétique européenne et la hausse des prix pourra être compensée par des gains d’efficacité énergétique et une consommation réduite. En outre, les énergies renouvelables introduisent une nouvelle dimension à la politique industrielle européenne. Dominique Ristori, le nouveau Directeur général de la DG Energie à la Commission européenne, se montre ainsi confiant quant à l’inscription de ce paquet dans un projet de politique industrielle européenne : le 22 janvier en effet, la Commission européenne a présenté une communication pour une "renaissance industrielle européenne", où le secteur de l’énergie prend toute sa place.

A noter également, la publication d’une communication sur l’exploration et la production d’hydrocarbure (tel que le gaz de schiste), sans mesures législatives contraignantes à ce stade.

L’ensemble de cette stratégie sera examinée et discutée par les Ministres puis les chefs d’Etats et de Gouvernement les 20 et 21 mars prochains.

En savoir plus