Dernière mise à jour :  29/03/2011 à 17:40

TSF déployée en Lybie [archive]

L'ONG paloise intervient depuis le 24 février à la frontière de la Libye et de la Tunisie, au camp de transit de Choucha et au poste frontière de Ras Jedir

L'ONG paloise intervient depuis le 24 février à la frontière de la Libye et de la Tunisie, au camp de transit de Chucha et au poste frontière de Ras Jedir.

Devant la répression qui a suivi les mouvements de révolte de la population en Lybie, des milliers de réfugiés tentent de rejoindre la frontière pour fuir le pays. TSF conduit des opérations de téléphonie humanitaire qui répondent aux immenses besoins de ces réfugiés en télécommunications.

Entre le 25 février et le 3 mars, plus de 3 650 appels ont été offerts aux populations déplacées, principalement vers l’Egypte et le Bangladesh, mais également vers le Vietnam, le Mali, le Ghana et les Philippines.

Après un peu plus d’un mois d’intervention, l’équipe sur le terrain a offert plus de 28 000 appels internationaux, 57 000 minutes de communication vers 110 pays différents et au bénéfice de plus de 20 000 familles réfugiées dans le camp de transit de La Chucha. Le bilan au 28 mars indiquait que pour 70% des réfugiés ayant bénéficié de l’action de l’ONG, il s’agissait d’un premier appel.

Ces derniers jours, les organisations humanitaires constatent un afflux de réfugiés somaliens et camerounais à la frontière.

Au-delà du soutien psychologique apporté aux victimes, le rôle de TSF est aussi de trouver des solutions concrètes et appropriées aux besoins des familles affectées.

Télécoms sans Frontières est la première ONG humanitaire spécialisée en télécommunications d’urgence et travaille en partenariat avec la Commission européenne et des Nations Unies. Depuis 10 ans, elle est intervenue dans plus de 60 pays au bénéfice de 550 organisations humanitaires et de centaines de milliers de familles affectées.
Basée à Pau (64), TSF reçoit le soutien de plusieurs entreprises et institutions dont le Conseil régional d'Aquitaine. Elle participe en effet au renforcement des capacités locales en télécommunications d’urgence, notamment dans les zones de coopération de l'Aquitaine ; Haïti, Maroc, Madagascar, Vietnam.