Accueil > actu > Actualités de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes > Archives > Un programme de développement pour l’après 2015: la Commission européenne présente sa position

Dernière mise à jour :  26/02/2015 à 15:15

Un programme de développement pour l’après 2015: la Commission européenne présente sa position [archive]

2015 est une année charnière pour le développement dans le monde: c’est en effet la dernière année pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), et par conséquent également, l’année des négociations pour fixer les nouveaux objectifs qui leur succéderont.

Pour rappel en 2000, le Sommet du Millénaire s’était conclu avec l’adoption de la Déclaration du Millénaire, dans laquelle étaient énoncés les huit OMD: réduire l’extrême pauvreté et la faim, assurer l’éducation primaire pour tous, promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, réduire la mortalité infantile, améliorer la santé maternelle, combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies, préserver l’environnement et enfin mettre en place un partenariat mondial pour le développement. Les négociations internationales ainsi que les consultations en direction de la société civile se sont accélérées depuis quelques mois afin d’aboutir, lors du Sommet spécial sur le développement durable à New York en septembre 2015, à l’adoption d’un nouveau cadre mondial en faveur du développement, qui se déclinera en "objectifs de développement durable".

C’est pour préparer la position de l’UE lors de ce Sommet que la Commission européenne a publié, début février,  une communication dans laquelle elle énonce les efforts qui devraient être consentis au niveau mondial pour éradiquer la pauvreté et stimuler le développement durable après 2015.

CONCORD, la Confédération européenne des ONG d'urgence et de développement, a réagi à cette publication, en regrettant notamment l’absence de toute mention au mécanisme de taxe sur les transactions financières.

PLATFORMA, la plateforme qui coordonne la voix des autorités locales et régionales européennes dans le domaine de la coopération pour le développement, relève quant à elle avec intérêt que la communication appelle les pays à habiliter le niveau infranational en mettant en place un cadre législatif et règlementaire nécessaire pour "déverrouiller le potentiel de développement des collectivités et parties prenantes locales".

En savoir plus