Accueil > actu > Actualités de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes > Archives > Un projet de formation dans l’économie bleue en Nouvelle-Aquitaine obtient le soutien de l’Union européenne

Dernière mise à jour :  19/12/2016 à 21:02

Un projet de formation dans l’économie bleue en Nouvelle-Aquitaine obtient le soutien de l’Union européenne [archive]

Un projet de Master en biotechnologies bleues, coordonné par l’Université de La Rochelle et porté par un consortium de sept partenaires européens, vient d’être retenu pour être financé dans le cadre de l’appel à projets Carrières Bleues de la Direction Générale des Affaires maritimes et de la Pêche de la Commission européenne. Cet appel à projets vise à soutenir des projets européens permettant le développement des compétences dans le domaine de l’économie bleue.

Pour ce projet, l’Université de La Rochelle a constitué un partenariat formé de l’entreprise rochelaise Valbiotis, la Conférence des Régions Périphériques et Maritimes (CRPM) via sa commission de l’Arc Atlantique (CAA), l’Université catholique de Valence (Espagne), l’Université de Stirling (Royaume-Uni), l’entreprise écossaise Xanthella et le Centre Interdisciplinaire de Recherche Marine et Climatique de Porto (Portugal).

Le projet vise la création d’un Master 2 de "Biotechnologie Bleue Appliquée: molécules bleues pour la santé et l’alimentation". Ce master 2 sera conçu et développé en coopération étroite avec les PME et entreprises du secteur et pourra inclure une part d’apprentissage. Aussi, l’objectif est-il de proposer une formation répondant le mieux aux attentes et besoins des entreprises. Cette formation sera accessible à des étudiants détenteurs d’un master 1 et à des personnes déjà sur le marché du travail souhaitant renforcer leurs compétences dans le domaine des biotechnologies bleues. En outre, certains modules seront ouverts à des personnes en recherche d’emploi dans le cadre de la formation tout au long de la vie.

La Région Nouvelle-Aquitaine soutient et accompagne ce projet, notamment via le groupe de travail Innovation de la CAA, dont elle a la présidence.

L’Union européenne soutiendra donc ce projet à hauteur de 667 692 € soit 80% du budget total du projet.