Dernière mise à jour :  29/07/2013 à 12:04

Vers un programme "Erasmus +" [archive]

C’est donc le compromis trouvé entre "Erasmus pour tous" (proposition de la Commission européenne acceptée par le Conseil) et "YES Europe" (demande du Parlement européen, voir IE n°132): le programme pour l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport 2014-2020 sera baptisé Erasmus +. Le programme a en effet fait l’objet d’un accord en trilogue entre Parlement et Conseil, le 17 juin dernier, compromis validé par le Comité des représentants permanents le 26 juin. Le Parlement a ainsi accepté l’utilisation du label Erasmus pour le nom du programme, mais a obtenu en retour le maintien des labels sectoriels actuels: Comenius (enseignement scolaire), Leonardo (formation professionnelle), Grundtvig (éducation des adultes), Erasmus Mundus (échanges avec les pays tiers dans l’enseignement supérieur), Jeunesse en Action, et bien sûr Erasmus pour l’enseignement supérieur.

Le budget du programme, qui s’élèvera à environ 13 milliards €, sera réparti comme suit: 77,5% pour l’éducation et la formation (dont 43% pour l’enseignement supérieur et 22% pour la formation professionnelle), 10% à la jeunesse, 1,8% au sport, et 3,5% à la nouvelle garantie de prêt pour les étudiants effectuant un master dans un autre pays européen. Ce mécanisme financier avait suscité de nombreuses critiques, de la part de plusieurs Etats membres dont la France, d'eurodéputés, mais aussi d'associations étudiantes, qui craignaient un financement de cette garantie au détriment du système habituel de bourses et un risque de surendettement des étudiants. L'accord prévoit finalement d'encadrer l'instrument par de nouvelles conditions protégeant les étudiants bénéficiaires.

En outre, Erasmus + verra bien la création de deux types d’alliances: les alliances pour les compétences, d’une part, rapprocheront établissements de formation professionnelle et monde du travail, pour promouvoir l’employabilité. Les alliances de la connaissance, d’autre part, regrouperont établissements d’enseignement supérieur et entreprises, pour promouvoir de nouveaux curricula et de nouvelles approches pédagogiques.

L’accord obtenu sera d’abord soumis à l’approbation de la commission de la Culture et de l’Education du Parlement européen en septembre, avant d’être voté en session plénière en octobre ou novembre.

En savoir plus