Accueil > actu > Actualités de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes > Archives > Vers une Stratégie européenne sur les protéines végétales ?

Dernière mise à jour :  22/10/2013 à 11:00

Vers une Stratégie européenne sur les protéines végétales ? [archive]

Lors du Conseil Agriculture du 25 février dernier, la délégation autrichienne a évoqué un projet conjoint à la région du Danube: "l'Initiative Danube Soja", qui vise à mettre en place un système de production et de traitement de soja, en particulier de soja sans OGM. L’Autriche souhaite ainsi relever le défi pour palier au sous-approvisionnement en aliments pour animaux à base de protéines dans l’UE (le taux d’auto-approvisionnement de l’UE s’élève à 33%). Préoccupation à laquelle souhaite également répondre le Ministre français S. Le Foll dans son "projet agro écologique pour la France",  qui prévoit un plan protéines au niveau national.

Lors de ce Conseil de février, la délégation autrichienne a demandé l'élaboration d'une stratégie européenne en matière de protéines et la prise en compte de cette production dans le cadre de la réforme de la PAC. Pour rappel, le Parlement européen avait déjà en 2011, dans une résolution sur le déficit de l'Union en protéines végétales, appelé au développement d’un véritable "plan protéines" ambitieux, afin de réintroduire massivement la culture des protéagineux en Europe. En outre, un amendement porté par le groupe Verts/ALE lors du vote sur la future PAC au Parlement européen le 13 mars dernier, visait à défendre, dans le cadre des mesures de verdissement, une rotation des cultures et l’introduction des cultures de protéines végétales. Si cet amendement n’a pas été retenu par la majorité des eurodéputés, la question du lien entre la production de plantes riches en protéines  et de luzerne et les mesures de verdissement de la PAC reste posée.

Le Commissaire européen D. Ciolos s’est dit ouvert pour discuter sur la manière d’ "encourager les cultures de protéagineux et de légumineuses dans le processus de verdissement" et dans le 2ème pilier (via les mesures d’équivalences agroenvironnementales).

Cette question était également à l’ordre du jour d’une conférence organisée au Parlement européen le 6 mars dernier: "Etiquetage “sans OGM” des produits alimentaires: contribuer à augmenter l'offre d'alimentation animale “sans OGM”".

En savoir plus